Ecole de Voile VMG+

   Découverte,   Sensation,   Performance

Un Esprit d'Équipe

Et pourquoi pas vous ?

Ils ont franchi le cap !

 Après une formation Initiation et quelques séances de perfectionnements, ils ont réalisés leur rêves : acheter leur premier bateau.

« Ils« ,  ce sont mes élèves que je croise maintenant sur le lagon. J’avoue ressentir une grande fierté lors de ces bords.

Cette page illustre , récits et photos à l’appui, quelques belles aventures humaines et nautique.

Elle vous donnera aussi , j’en suis sur l’envie de franchir le pas, de devenir « Capitaine » et d’avoir vous aussi votre fiche ici !

Jean-Pierre     , 50 ans

premier achat : oui

  • Le bateau   

Nom : Platus ( Maximus )
Age : 1967
Type : monocoque
Taille : 7,60 m
Programme de nav : Découvrir le navigation et le lagon
Nombre de sortie/an : plus d’une cinquantaine

    C’est une sortie sur le BDA (bateau des autres) qui m’a décidé à faire l’achat. C’était un petit bateau, donc plus facile à gérer pour un débutant. En plus, on me garantissait une place dans une marina, ce qui est aussi un critère important …

〉〉〉  lire la suite

Claire et Pascal  , 30 ans  

premier achat : oui

  • Le bateau   

Nom : Jam Session
Age : 1967
Type: monocoque
Taille : 7,90 m
Programme de nav : Lagon Sud
Nombre de sortie/an : Tous les week-end (ou presque)

          L’achat de Jam a été très rapide après nos 4 séance sur VMG+ !
Nous étions emballé et pressé de trouver notre propre bolide des mers.
Nous avons eu un coup de cœur et en une petite quinzaine avions finalisé l’achat de notre petit voilier ! …

〉〉〉  lire la suite

David , 34 ans

premier achat : oui

  • Le bateau        

Nom: La Gavotte puis Kamino
Type: Kirié Armandèche
age : 1970
taille: 7m50
Programme de nav : sortir lagon journée,week-end et vacances
Nombre de sortie par an :15

Pour beaucoup, acquérir un bateau et devenir capitaine, est un projet construit, réfléchi, parfois celui d’une vie.
Je suis devenu propriétaire de la Gavottte, en un clin d’ oeil, sans réflexion, sans recul, dans l’impulsion d’un coup de tête.

〉〉〉  lire la suite

      

 

 

            Les fiches complètes

.

Jean-Pierre Besiat     , 50 ans

premier achat : oui

  • Le bateau   

                          Nom : Platus ( Maximus )                              Age : 1967
                          Type : monocoque                              Taille : 7,60 m
                          Programme de nav : Découvrir le navigation et le lagon
                          Nombre de sortie/an : plus d’une cinquantaine

    C’est une sortie sur le BDA (bateau des autres) qui m’a décidé à faire l’achat. C’était un petit bateau, donc plus facile à gérer pour
un débutant. En plus, on me garantissait une place dans une marina, ce qui est aussi un critère important pour un premier achat.
Je n’ai eu qu’à m’en féliciter. En effet, j’ai acheté Platus 3 mois après avoir commencé les cours de navigation (alors que je croyais
qu’il me faudrait au moins un an d’apprentissage avant de pouvoir à naviguer seul). J’ai énormément appris car en cours, toutes les
erreurs sont rattrapées par Jacques. Là, seul sur le bateau, tu paies cash et tu apprends vite de ces erreurs. Heureusement, que
Jacques te donne toutes les notions de sécurité, ce qui fait qu’en général, tes erreurs ne portent pas à conséquence sur l’intégrité
du bateau, juste sur ton ego. Tout ce que tu apprends en cours est utile et il est aussi bon parfois de retourner prendre un cours ou
deux pour remettre les pendules à l’heure.
Avec Platus, nous avons arpenté le lagon pendant 1 an et demi pour n

otre plus grande joie.

Puis nous sommes passés à plus gros.
Plusieurs raisons à cela : naviguer plus vite, plus de confort au mouillage… mais aussi un prix à payer : tarif de la marina, difficulté
de trouver une place, entretien plus cher. Vraiment pour commencer, un petit bateau de 7 à 8 mètres est un bon choix.  

 

.

Claire THIEBAUT et Pascal PERARD , 30 ans  

premier achat : oui

  • Le bateau   

                          Nom : Jam Session                              Age : 1967
                          Type : monocoque                              Taille : 7,90 m
                          Programme de nav : Lagon Sud
                          Nombre de sortie/an : Tous les week-end (ou presque)

                                         

L’achat de Jam a été très rapide après nos 4 séance sur VMG !
Nous étions emballé et pressé de trouver notre propre bolide des mers.
Nous avons eu un coup de cœur et en une petite quinzaine avions finalisé l’achat de notre petit voilier !En débutant que nous étions nous avons progressivement (sur un an environ) élargi notre domaine de navigation.
D’abord quelques bords dans la rade, puis l’îlot maître et petit à petit les îlots environnant Nouméa.
Nous avons ensuite fait quelques sorties plus longues (sur 3 ou 4 jours).

Les cours ont été indispensable pour nous qui étions débutants.
Les réflexes acquis pendant nos séances avec Jacques sont revenus même si il faut l’avouer ce n’est pas la même chose quand on navigue en capitaine sur son propre bateau (quelques moments de stress mémorables. !).

Que des bons moments !! Rien d’autres !! Le voilier c’est plus qu’un simple bateau sur l’eau, c’est les amis, les émotions à bord, la découvert de soi !. La sérénité d’un mouillage tranquille sans personne. C’est les couchers et levées de soleil qui gravent des souvenirs incroyables dans nos esprits !
Tout le monde vit sa propre expérience, pour nous c’est avant l’expérience de couple d’apprendre ensemble à manœuvrer sur l’eau un petit voilier et ensuite d’en faire notre vie sur des week end !

.

David Bilbault , 34 ans

premier achat : oui

  • Le bateau          : La Gavotte puis Kamino

                    Type et taille et age : Kirié Armandèche de 1970, 7m50,
                    Programme de nav : sortir lagon journée,week-end et vacances
                    Nombre de sortie par an :15

Pour beaucoup, acquérir un bateau et devenir capitaine, est un projet construit, réfléchi, parfois celui d’une vie.
Je suis devenu propriétaire de la Gavottte, en un clin d’ oeil, sans réflexion, sans recul, dans l’impulsion d’un coup de tête. Vous savez quoi même, j’ en étais devenu le propriétaire, alors qu’on ne s’était jamais rencontré.

Soudain propulsé capitaine, soudain propulsé au coeur d’un univers que je n’avais fait qu’effleuer.. 
Un voyage statique dans le monde ….des marins.

Produit des montagnes, des cailloux, des cîmes et des hauteurs. Je voyage dès lors en pays étranger. Je parle une langue inconnue. Je m’applique à étudier les mœurs , les us et les coutumes de cette contrée universelle vieille de plusieurs millénaires. 
Je revis encore ces premières sensations avec autant d’effroi que d’émotion.
Putain je crois que j’ai le vertige.
Les bateaux, les voiliers sont les symboles ultimes de la liberté, le paroxysme de l’aventure voyageuse, les faiseurs de sillages s’évanouissant sans donner aucun signe, aucun indice de leur destinée.

Me concernant, l’effet aura été, à son absolu opposé.

Des années durant, vêtu en sorte de messager éphémère, en transistor vagabond de l’arc-encielité des richesses de la terre, spectre errant dans le noyau des incompréhensions sociales, Sans attache ni port. Epicurien de chaque instant.Mon horizon s’achevait au sommet que je gravissais, qu’il fût de caillou, de glace, de chair ou d’émotions.

Soudain, du jour au lendemain, j’étais géographiquement et physiquement… ancré. Je devais alors confroner la rigide solidité de mon écorce façonnée de rigueur, aux alizées des douceurs d’une promiscuité durable. Je dois donc apprendre la danse du roseau, qui le rend si gracieux. 
J’apprends, l’on m’enseigne, j’apprends et l’on m’enseigne.

2 ans après, toujours au même endroit, je réapprends encore la construction d’une stabilisation sédentaire.

Réfléchir au nom de son bateau, signifie rentrer en totale introspection avec soi-même. On doit chercher un terme, un mot, une pensée qui nous caractérise, nous représente, nous réalise.

Maintenant donc,que suis- je ?

Camino!
Un chemin, quelque soit, sa direction, son accidentalité, son itinéraire,son axe identitaire, ne se termine jamais, n’aboutit jamais, s’adapte en permanence, épouse les formes et les contraintes du terrain. 
Un chemin est une vue de l’esprit où chacun peut y imaginer et rencontrer ce qu’il cherche ou ceux qui le cherchent. 
Un chemin sillonne et emmène ceux qui l’ empruntent vers une destination. La sienne ou la leur?

Kamino, 
K, symbole du pays témoin de nos osmoses qui s’épanouissent.
K, de par son abrupt verticalité d’introduction signe la coupure nette avec le passé. 
Le reste de l’alphabet , vogue au rythme des vagues, vers le haut et ce …..en toute liberté!!!

Le voyage est une démarche, pas une destination!

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *